top of page
DSC07022.JPG

NOTRE HISTOIRE

Découvrez le riche patrimoine du comté de Restigouche.

 

Le musée régional de Restigouche témoigne de la tapisserie vibrante de l'histoire qui tisse ensemble les diverses cultures et communautés du comté de Restigouche. Fondé en 1967, le musée s'est consacré à recréer le voyage captivant de notre région, en embrassant les contributions des Premières Nations Mi'kmaq, des Acadiens, des Français, des Écossais, des Britanniques, des Irlandais et de bien d'autres qui ont trouvé leur foyer ici.

Du passé au présent : embrasser le changement

  • 1962 : Le Groupe de recherche de la région Chaleur est fondé par Jack MacDonald et Florine Hubert, avec pour mission de préserver le patrimoine historique et culturel de la région Chaleur.

  • 1967 : Après des années de recherche et de collecte d'artefacts liés à l'histoire de la région, Jack MacDonald ouvre le « Jack's Museum » dans le sous-sol de la nouvelle bibliothèque du centenaire de Dalhousie. Il s'agit de la première introduction de la région à un véritable musée, attirant des visiteurs de tous âges.

  • 1975 : Avec le décès de Jack MacDonald, la Société historique de la région Chaleur assume la responsabilité de poursuivre son rêve de préserver l'histoire locale.

  • 1981 : Le gouvernement provincial reconnaît officiellement le musée en tant que musée régional de Restigouche, lui accordant le statut régional pour la région. Cette reconnaissance est le résultat de négociations entre le conseil municipal de Dalhousie, la Chaleur Area Historical Society et des représentants du gouvernement.

  • 1983 : Le 30 avril, le Musée régional de Restigouche déménage à l'ancien magasin d'alcools au coin des rues George et Adélaïde à Dalhousie. Cette installation avait été libérée et louée à la ville de Dalhousie pour être utilisée comme musée.

  • Années 1990 : Le musée agrandit ses expositions et offre une expérience éducative et interprétative aux visiteurs.

Au fil des ans, la collection du musée s'est étoffée, entraînant des contraintes d'espace de stockage. Certains artefacts sont conservés dans un petit bâtiment sur une propriété adjacente, ce qui pose des risques pour la sécurité. De 2003 à 2009, le musée a fait l'objet d'un important processus de renouvellement des expositions, reprenant sa place parmi les musées les plus sophistiqués de la province.

Construire un nouvel héritage : déménager au palais de justice et à la prison

2014-15 : L'idée de déplacer le musée régional de Restigouche au palais de justice et à la prison est à l'étape de la planification depuis plusieurs années, mais le projet n'a officiellement commencé qu'au printemps 2015 lorsque la ville de Dalhousie a acheté les bâtiments.

La prison et le palais de justice du comté de Restigouche ont été impliqués dans l'histoire juridique de la province et ont accueilli plusieurs cas et prisonniers très médiatisés. C'était le site de la dernière pendaison dans la province, qui a eu lieu à la prison le 11 décembre 1957. Le palais de justice a également fonctionné comme siège du gouvernement du comté jusqu'en 1967 et n'a cessé d'être entièrement utilisé qu'en 2006. La prison a été fermée en 2011. .

Depuis le moment de l'achat jusqu'à l'automne 2015, des efforts ont été faits pour nettoyer les bâtiments du mobilier et de l'équipement qui avaient été laissés après la fermeture de la prison et du palais de justice, et une première construction a commencé. Cela comprend la finition des sols, la démolition ou la construction de murs, le cas échéant, pour créer un plan d'étage spécifique pour le musée, la peinture, la construction d'expositions et la construction d'espaces pour abriter la collection.

Il est actuellement prévu de moderniser les bâtiments avec un chauffage géothermique et, plus tard, un éclairage solaire pour rendre les opérations plus économiques et respectueuses de l'environnement. Un autre objectif majeur du projet est de rendre le bâtiment plus accessible. La ville de Dalhousie a reçu une subvention du ministère du Tourisme, du Patrimoine et de la Culture, qui a couvert une partie de la phase initiale des rénovations.

Les structures sont les caractéristiques dominantes de ce qui pourrait être considéré comme le centre patrimonial ou historique de la ville de Dalhousie. Ils sont délimités par plusieurs caractéristiques notables de valeur patrimoniale et culturelle indépendante, notamment le monument Hamilton (1851), le parc commémoratif Rotary (rebaptisé en 1978 mais qui existe en tant que place publique depuis 1831), l'église anglicane St. Mary's (1869) et l'ancien édifice de la Banque Royale (1931), qui sont tous inscrits au registre municipal des bâtiments historiques. L'hôtel de ville (1939), également adjacent, est un site historique provincial.

Ce déménagement nous a permis d'élargir notre programmation, d'offrir des expositions améliorées et d'offrir un meilleur accès à nos collections d'archives.

Suivez-nous!
bottom of page